Vous découvrirez ci-dessous, pêle-mêle, des textes de ceux et celles qui un jour se sont laissés tenter à s’exprimer à travers ces antihéros, que sont les maghiens.

Il m’est arrivé parfois que lors de ces échanges, je perçoive un appel, comme une bouteille à la mer, qui me donne l’envie de changer une note dans la partition de cette "maghifique" aventure de ces ambassadeurs de l’amour!

Bonne lecture!



Le maghien.

Vert, j’espère !
Bleu, je veux !
Qui ne connaît
Ce verbiage.

Et pourtant, ce maghien,
Vert sur fond bleu,
Semble nous dire
Toute sa volonté d’espoir.

Comme une goutte d’eau
Sur de larges pieds,
Il cherche une âme grise
A colorer.                                                 lire la suite

Ainsi il se dégonfle
Par son antenne.
Jolie pluie fine
Et message de sérénité.

Nathalie C.

-

Ma fille est comme une maghienne et elle est très belle !
Et ce poids en trop ne vient pas d'être mal nourrie.
Il raconte une histoire, il montre une histoire d'enfance qui n'accepte pas la maladie mentale d'un de ses parents, qui n'accepte pas la violence qu'un homme peut avoir envers sa femme.
Il raconte que sa mère a finalement pu voir grâce à elle, qu'il fallait partir malgré l’amour.
Aujourd'hui elle apprend qu'il n'y a plus besoin d'avoir ce poids, celui de l'histoire d'un combat et d'une grande force de caractère et du besoin d'une vie sereine d'amour, de confiance et de respect.
Ce culte de l'apparence me fait hurler!                     
 
Et si les maghiens pouvaient le dire, le crier et surtout se faire entendre?

Juste un petit message pour l’éternité.

Marie-Jeanne M.

-

Je suis très heureuse d'avoir pu te rencontrer ainsi que tes enfants les maghiens. J'ai appris plus de choses en une heure que sur 2 ans depuis que je suis a l'école en artistique. Tu m'a fais découvrir aussi une autre façon de penser. Le monde que tu as créé est extraordinaire, si seulement il pouvait être le nôtre, le vrai, l'unique...

Encore merci pour cette matinée magique !

Séverine

-

Je suis très émue en regardant ton étrange bonhomme dont je connais si bien les formes...
J'applaudis cette naissance...car si les maghiens sortent de terre.
C’est pour s'élever... toujours plus haut et toujours plus loin...

Un peu mystérieux mais si attachants!

Je les imagine déjà nombreux!

Anne Marielle R.

-

S'il est généralement difficile de se faire une idée de la valeur d'un artiste en promenant sa souris sur les oeuvres et les textes en annexe, loin des ateliers et salles d'expo où on peut mieux respirer le travail accompli, je dois admettre que ce que vous proposez est très intéressant, de nature à étonner et émouvoir. Vraiment un autre monde, de prime abord celui des bédés, mais ce serait réducteur de s'en tenir là.
On est en fait sur une autre planète, loin des convenances et des lieux communs.
Vous proposez des personnages atypiques comme cette énorme statue qu'on aimerait toucher, caresser. Je la sens vivre, elle vit quelque part dans notre monde, c'est un esprit bienfaisant tout en rondeur et en lumière éclatant de sagesse et d'innocence.

Bravo ! Continuez à nous émouvoir !

Jacques N.

-

Les maghiens sont de grands voyageurs, ils envahissent Paris maintenant !
J'en vois bien un au sommet de la tour eiffel. C'est un lieu idéal pour un voyeur disposant d'une bonne paire de jumelle. Non ?
Fais attention car je crois qu'une fois arrivé à Paris, tes maghiens vont se précipiter au Moulin Rouge ! Il y a là tellement de belles choses à voir !

PS: Peux tu faire de la "maghie" et me transformer en maghien d'un coup de baguette magique ?

Jean Marghien

-

J'ai toujours l’impression qu'ils vont se détacher de leur immobilité!
Leur passage en troisième dimension, leur a donné plus de vie encore.
Je sais que les uns et les autres finiront par parler, sauter, se rouler des patins!
En toute femme et homme qu'ils sont!

Bravo! Façonnés de tes mains... sont nés de joyeux "coquins", et je sais que leurs aventures n'en est encore qu'à leur début, tant la vie
est en eux et les appelle vers des rivages lointains!

Anne Marielle R.

-

Venez, allez, courez, mangez, riez, vivez...
Sans devoir  vous retourner.
Venez avec moi, je vais vous ouvrir la porte...

Laissons-nous nous envahir par leur étrange présence....
Regardons-nous, parlons-nous, écoutons-nous...
Allons y, n'ayons pas peur, les maghiens, avec leur cohorte… 
Nous entraînent dans leur fabuleuse danse…

Regardons-nous, parlons-nous, écoutons-nous....
Courons à travers champs, bois et forêts...
Laissons place à la réalité, à l'envie de plaisir...

Regardons-nous, parlons-nous, écoutons-nous...
Mangeons de beaux fruits, sans déchets...
Laissons la nature et son spectacle, nous offrir...

Regardons-nous, parlons-nous, écoutons-nous...
Rions tous ensemble, de nos bêtises...
Moquons-nous des démons les plus maléfiques....

Regardons-nous, parlons-nous, écoutons-nous....
Vivons tous ensemble,  faisons nos valises...
Rêvons de voyages fantastiques....

Regardons-nous, parlons-nous, écoutons-nous....
Amoureusement, passionnément, tendrement....
Sans devoir un jour nous retourner et constater
Les bêtises, les erreurs, les dégâts
D'un à l'autre, d'une à l'autre de cette terre...

Anne G.

-

Travail tout en finesse et en rondeur qui nous emmènent dans un univers de «Lilliputiens presque Martiens ». Où le duo prime dans sa présentation en jouant sur le contraste de matière et de lumière.

Bien que l'aspect érotique soit évident, il n'est pas trop mis en évidence et s'intègre harmonieusement dans l'ensemble de la figurine.
L'œil n'est pas focalisé sur c'est «objet » mais sur l'aspect global du personnage et en particulier le buste et la figure qui nous interpelle…par leurs regards vers le haut, vers nous les grands!

Mais sommes-nous vraiment grands ?
En fait ils nous posent cette question par leurs regards attendris vers nous et leurs « joies de vivres ».
Ils nous interpellent, en toute innocence, face à notre sensualité, notre sensibilité perdue sous une épaisse couche de civilisation moderne.
Ils nous tendent les mains en nous demandant : qu’êtes-vous devenus?

Jerry D.

-

Il paraît qu’il est possible de voyager dans le temps ! Vous n’y croyez pas ?
Et pourtant ça m’est arrivé !
J’ai franchi une simple porte un samedi matin et je me suis retrouvée dans un autre monde, le monde des maghiens.
Un monde où tout est douceur, générosité, tendresse.
Le Maître des maghiens est venu à moi et m’a très simplement présenté son peuple.

Ce sont des êtres magiques vivant dans une totale liberté.
Ils ne connaissent pas le mal, ils sont des enfants, libres, simples et bienveillants.
Avec leurs grosses têtes joufflues, leurs lèvres pulpeuses et un phalus doux et tendre qui prolonge leurs crânes,
avec leurs couleurs vives, rouge pour le sang, la vie, jaune pour la lumière, la chaleur du soleil,
ils vous invitent en souriant à vous laisser aller, à vivre enfin !

Les femmes offrent de très larges hanches, un ventre épanoui, des seins rebondis et accueillants.
Elles sont la représentation de la générosité, de l’abondance d’amour, de la fécondité féminine.
Elles sont la « Terre Mère », la « Doni » du paléolithique, l’origine de tout ce qui vit sur la terre, homme, animaux, flore, ruisseaux, rivières, mers ........
Certaines d’entre elles que le Maître appelle les « Eves « vous tendent un fruit, une pomme, un appel à l’amour. La plupart vous regardent, vous observent, vous écoutent et vous parlent.

A vous de les entendre, de vous laisser aimer, dorloter, choyer.

Je l’ai dit plus haut, ce sont des enfants, et comme tels, ils sont espiègles.
Aussi adorent-ils tourmenter leur Maître en décidant de changer d’apparence, de modifier leurs couleurs.

Le Maître des maghiens est un bon père pour eux, il n’hésite pas, prend sa palette et cherche, cherche ...
Du mauve ? Il essaie mais n’est pas satisfait !
Du bleu ? Oui c’est déjà un peu mieux mais ...
Du bleu clair et du bronze ? Voilà il a trouvé !
Et naissent nos nouveaux maghiens sous des traits plus doux encore pour vous emmener dans un univers de sérénité, de bien-être.

Aujourd’hui, ils ont envie de vivre au milieu de nous, dans une autre dimension.
Ils aimeraient s’installer sur notre table de salon, ou sur un meuble en pleine lumière.
Ils prennent vie sous forme de statues et là, vous avez envie de les prendre dans vos bras, de les bercer, de dialoguer avec eux.
Ils vivent! Et vous entraînent dans leur féerie.......
Vous êtes devenus vous aussi le centre de l’univers.

Dominique Durieux

-

Après un passage outre-Manche chez nos amis anglais, les maghiens sont arrivés à la Réunion...
ils n'ont pas encore leur carte verte mais on va leur chercher un lieu où ils pourront éventuellement séjourner...
avant d'aller "buller"* ailleurs...

* Les maghiens emploient télépathiquement ce mot pour dire séjourner (rapport à leur légèreté légendaire)

Chantal M.

-

Ma visite dans l'atelier de Didier a été forte car je n'imaginais pas la ligne de son chemin.
Mon étonnement vient de sa peinture d'avant les maghiens où je perçois quelqu'un de très torturé.
Le bonheur, la joie, je n’arrive pas!

c'est peut-être parce que je suis encore dans des liens de souffrance.
Je vous vois rayonnants de quelque chose qui m'est étranger!

Anne

-

Max, le maghien, arrive sur son beau cheval immaculé de blanc.
La pureté, la fraîcheur de son sourire, de sa beauté,
Me séduisent...
Me font rêver...

Et ce rêve m'emmène là où je suis seule avec lui...
Je ne distingue pas vraiment l'endroit, mais je le sens.
Je m'aventure avec lui puisque je lui fais confiance...
Il sait ce qui est bon pour moi...

Je me laisse guider par lui, par sa voix, par ses mains, par ses yeux....
Dans lesquels je me plonge à chacune de nos rencontres....
On dirait qu'il m'habite car je me sens à tout moment.
Du jour ou de la nuit envahie d'un profond sentiment de plénitude...
Je suis convaincue qu'il me donne tout l'amour dont j'ai besoin.
Il transforme mes journées en beauté, en bonté
Pour moi-même et les autres que je croise...

Anne G.

-

L'heure est grave
Mais ils nous envoient leur force On se sent alors
Porté
Secoué
Enveloppé
Aimé
"Maghientisé"
...............Tout ce dont nous avons besoin
Et presque rien d'autre.............
Un brin de folie
La tête dans les nuages
Les épaules ancrées
Le buste redressé
Alors, le corps se cherche,
A travers les âges,
L'esprit nous tend une perche,
L'âme s'unit à une autre dimension
Pour nous reconnecter à la vie

Anne G.